Un Ministère de l’Education Populaire

L’Education populaire (EP) a des racines dans la guerre 39-45 pour que ne ressurgissent pas les idéaux fascistes. Semblable sont ces massacres perpétrés début ce 7 janvier par l’idéologie extrémiste islamique. Celle-ci est issue du wahhabisme, des frères musulmans et autres mouvements qui ont eu des contacts avec le nazisme entre les deux guerres. Quelques pays, qui financent ces djihadistes de diverses manières, ont eu des accords avec l’Allemagne nazie. Aujourd’hui, leurs représentants sont les invités du Président de la République pour le défiler le 11 janvier 2015.

La liberté du noble et du commun

Les assassins du 7 janvier ont porté atteinte à la liberté d’expression, ils ont voulu saper cette liberté spécifique au cœur de la République. Toutefois ils n’ont pas gagné, ils ont provoqué une réaction des confins de la culture française. C’est plus de 4 millions de citoyennes et de citoyens qui ont manifesté. Extraordinaire !

Cette liberté est issue de 1789, d’une logique de l’honneur du noble et du commun ; elle a conduit à toutes nos lumières, nos valeurs tant enviées dans le monde. Elle nous fera toujours nous rassembler lorsque la Nation est attaquée.

L’irresponsabilité des partis

Pour perdurer dans ces valeurs, depuis 50 ans, les différents partis ont failli. Ils savent que le moyen pour que ne ressurgissent pas les extrémismes comme aujourd’hui est l’EP. Ils l’ont exclue de nos institutions. Elle est pensée en 1944 par les représentants du CNR (Conseil National de la résistance) pour faire de chaque Française et Français une ou un citoyen libre, une femme ou un homme capable de faire ses choix de destin dans la société, dans le sens noble et commun : une femme ou un homme « Culturel et Politique ».

Aujourd’hui, les partis professionnels qui ont produit leurs propres adhérents citoyens dans leur sérail au service de leur ego, ont abandonné l’EP dès 1970. Ont-ils le droit de se faire une virginité politique sur ce qui vient de se passer ? Ne serait-il pas plus normal au contraire, qu’ils fassent amende honorable auprès des français pour ce qu’ils n’ont pas fait ? Ils gagneraient en sagesse et reconnaissance. Mais ceci est un autre débat !

Depuis des décennies ils ont dit que la France était moisie, rancie, une France archaïque par ses clochers et traditions et qu’il fallait la réformer sur l’hôtel de l’américano-germanisme. Aujourd’hui, ils récupèrent et parlent d’Union Nationale. Mes amis et moi nous parlons de l’Union du Peuple de France avec toutes ses contradictions et sa diversité ! Vous mettez en avant la laïcité, bien ! Mais si c’est pour en faire une méthode, un champ social d’enrôlement, un vecteur de neutralité, d’annihilation des masses au service du Léviathan capitaliste, alors non !

Dans ce sens, les mesures prises dans l’urgence aujourd’hui par le gouvernement, projet de service civique ou national, ainsi qu’à travers l’Education Nationale pour la mise en place de ce qui n’aurait jamais dû disparaître, l’ « Instruction Civique », ne sont pas suffisantes. La solution pour renverser idéologiquement tous les extrémismes est un Ministère de l’Education Populaire à côté de l’Education Nationale, le sport dans un sous-secrétariat. Dans l’urgence est proposé de l’ordre, quant il s’agit de former des citoyens libres.

Définition  de l’Education Populaire

« l’EP française issue du CNR[1] (Conseil National de la Résistance, 1944) est une institution de formation qui aide à éduquer, à cultiver l’ensemble des citoyennes et citoyens de la République à une prise de conscience de l’état social, culturel et politique de celle-ci. Par cette éducation, à coté du service public de l’Education Nationale, elle promeut et maintien avec elle, les principes et les valeurs de la République. Elle vise à maintenir par la culture une République démocratique, où les extrémistes ne pourront se développer. »

En effet, 13 novembre 1944 Jean Guéhenno, chargé de mission aux mouvements de jeunesse et à l’EP écrivait dans sa circulaire les fins poursuivies par la nouvelle direction de la culture populaire : « mettre fin à l’avilissement, à l’exploitation d’une jeunesse par la mécanique de l’enthousiasme si chère à Vichy » au service du National-socialiste, de son chef Hitler et de ses amis.

Abime culturel

L’effet des écoles des cadres de jeunesse du gouvernement de Pétain, « qui, selon Jean Guéhenno, plutôt que le jugement politique, relèvent du jugement tout court, et n’ont servi, à quelques exceptions près, qu’à mieux enraciner la sottise », n’a pas disparu lorsque l’on regarde certaines associations religieuses, politiques, ou modes d’animation actuels. Ils sont si peu culturels dans les quartiers de villes et banlieues qu’un abime les sépare de l’EP.

Ils n’ont souvent qu’un aspect sportif, se disent préventifs pour calfeutrer la délinquance et la violence, mais n’ont pas les moyens d’y parvenir, malgré leurs bonnes volontés : une soupe exquise pour les extrémistes.

Où se trouve donc cette EP, avec ses métiers d’Animation socio culturelle et leur reconnaissance qui devaient ouvrir toute la culture au peuple et faire disparaître les thèses fascistes lorsque l’on regarde la progression des idées absolutistes ?

Veut-on que se répète continuellement, subrepticement une autre Shoah, une catastrophe non seulement physique mais aussi une pollution pseudo culturelle et intellectuelle (un vortex de plastiques et d’objets numériques), cette fois-ci non seulement avec le juif, mais aussi le noir, l’arabe, le blanc, le jaune indistinctement de la race par des ghettos dans les nations et des nations ghettos sur la planète par un communautarisme décervelant, rendant caduque les échanges sauf pour les affaires ?

Nouvelle Shoah?

L’absolutisme politique et religieux, présent partout dans le monde est source d’ingrédients pour cette nouvelle Shoah et ce dernier est le bras armé du capitalisme qui a besoin de dompter les peuples pour mieux les assouvir. C’est ce qu’a fait Hitler par l’idéologie du national-socialisme, c’est ce que fait le néo-libéralisme capitaliste par l’islamo-fascisme pour assouvir les nations du monde.

Des érudits Juifs savaient qu’Hitler conduirait à l’Holocauste, les dirigeants du monde de l’Ouest et de l’Est de l’époque savaient le danger de ses thèses. Tout était écrit dans « Mein Kampf » paru internationalement le 18 juillet 1925 et qui, en 2015, est déjà un « best seller » dans les pays musulmans et aux Etats-Unis.

Une question se pose alors aujourd’hui comme hier : pourquoi ces érudits religieux et dirigeants du monde, en fonction des connaissances qu’ils avaient de la solution finale ou du droit de tuer tout incroyant par le djihad, pourquoi pendant la montée d’Hitler ou d’Oussama Ben Laden, n’ont-ils pas averti, ont laissé faire, bien que Ben Laden ait été éliminé sans que l’on voit son cadavre ?

Ordre plutôt qu’autorité

Il y a peut être une raison de ce laisser-faire. Les dirigeants politiques de l’époque, dès la dépression de 1928 et en parfaite symbiose avec la bourgeoisie capitaliste mondiale ont regardé la montée du fascisme comme une réponse à la montée concurrente du communisme en Europe avec l’avènement de l’Union soviétique après la guerre 14-18.

Il fallait de l’ordre dans les sociétés mondiales pour conquérir le marché global et le fascisme tel qu’il se dessinait par nation, avait l’assentiment de cette bourgeoisie. Aujourd’hui, après la crise de 2008, ses héritiers regardent de la même manière la montée de l’islamo-fascisme qui permet de mettre en place des politiques sécuritaires, de mettre de l’ordre, dans tous les pays d’Occident à l’image du « Patriot-Act » et de s’attaquer aux pays émergeants, à la Chine, ainsi qu’à la Russie.

En conséquence, pour asseoir leur domination sur l’économie globale, ils fabriquent les opinions publiques. L’arme de l’émotion par la terreur construit, comme on le voit, une servitude, un vecteur sécuritaire qui veut faire croire à la préservation de nos libertés fondamentales. Ils ne sont donc pas pour l’EP et une autorité respectée par et pour le peuple ! La démocratie quoi !

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oSWLxQnvscw

Armand LEGAY

Animateur socio culturel à la retraite

Docteur en Sociologie

Le 29 janvier 2015


[1] Extrais du programme du CNR : Donner La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui en auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s